bandeau de la mpt


saison 2016-2017
Salle exposition MPT

ESPACE EXPOSITIONS
pour accéder aux anciennes expositions cliquez sur le lien planning des expositions en bas de cette page

         ...................................................................      Catherine ARNAUD
  • titre
  • titre
  • titre
  • titre
  • titre
Photo taille normale
du 20 septembre au 19 octobre 2016

Catherine ARNAUD

Sculpture

Dialogue avec la Pierre

Catherine Arnaud aime réellement la pierre. Elle aime sa densité, sa résistance, sa pérennité dans le temps.
Elle travaille en taille directe, et les granites les plus durs ne lui font pas peur.

Pour elle, il ne s’agit pas d’un combat physique ou en puissance mais, au contraire, d’établir un réel dialogue avec la pierre,un dialogue différent avec chaque pierre. A chaque fois, Catherine recherche la complicité de sa pierre, son intimité. Il s’agit de découvrir les secrets du bloc qui lui fait face, qui l’attend et semble la guetter. Pour elle, chaque pierre est un nouveau voyage initiatique, une nouvelle découverte qu’il faut apprivoiser dont il faut gagner la confiance pour faire surgir la sculpture qui semble l’attendre, cachée au plus profond du bloc de pierre brute…


         ...................................................................      Diane DE CICCO
  • titre
  • titre
  • titre
  • titre
  • titre
Photo taille normale


  PLANNING DES EXPOSITIONS CONVENTION D'EXPOSITION CONTACT

Diane DE CICCO

Peinture

Née en 1952, après des études de biochimie et d’immunologie, la peinture s’est imposée à moi à partir de 1996, aux Ateliers Beaux Arts de la ville de Paris.
J’ai compris que c’était ça, je serais « peintre ». L’abstraction m’est venue tout naturellement sans doute un peu parce que j’avais été à l’école de l’abstraction pour étudier les sciences fondamentales mais surtout, parce que la musique est pour moi l’art suprême.

Quoi de plus abstrait, de plus universel ?
J’essaye d’atteindre par la peinture le monde de la musique. Abstraire, c’est retrouver l’essentiel, retrouver la musique du monde. Et j’en reviens toujours à des accords, à un rythme, à des notes et des silences, à une pâte sonore. La peinture est pour moi une madeleine qui fait remonter la mémoire des choses, mon vécu, le ressenti encore inexprimé du monde qui m’entoure. Je retourne souvent à quelque chose qui fait penser à la nature, parce que je l’ai côtoyée beaucoup pour m’évader et qu’elle est harmonieuse.

Il y a dans ma peinture quelque chose des grands espaces du photographe américain Ansel Adams, du voyageur de Caspar Friedrich, de la folle nature de Joan Mitchell, mais aussi des espaces vides de la peinture chinoise ou japonaise. Comme au théâtre Nô où les acteurs répètent les yeux bandés pour s’imprégner pleinement de l’espace scénique, je cherche à retrouver toile après toile l’équilibre entre le geste et le silence.